22 • Jardin du Luxembourg, 001 • Fontaine Médicis, Paris, (75006) (Fr.) •
Arch. : T. Francine (1630) et A. de Gisors (1862) • (Pdv 2009)

Coupé-collé

La ville est un patchwork et le jardin par sa dimension en est la cristallisation. On imagine mal, au vingt et unième siècle, l’évolution du plan de Paris, ses enceintes successives, la fabrication d’une place comme celle de La Concorde ou les grandes percées d’Hausmann. Plus que tout autre territoire, le jardin est la scène qui conserve au plus près l’empreinte visible de ces déplacements successifs de l’architecture de la cité. Cette fontaine dont l’image est inscrite dans la mémoire de millions de visiteurs est née grotte au dix-septième siècle avant d’être déplacée au dix-neuvième. A l’occasion, le cyclope Polyhème est venu se pencher sur Galatée et Acis, tous trois fraichement sortis de l’atelier d’Auguste Ollin. Hausmann souhaitait tracer la rue de Médicis, et le déplacement de l’ensemble permit à Alphonse de Gisors, architecte du Sénat de dessiner un bassin d’une cinquantaine de mètres. Aucune raison objective ne donne à cette icône des gages d’éternité. Les traces évolutives de l’histoire s’inscrivent dans les jardins, parallèles incertaines au devenir alléatoire.