24 • Jardin du Palais-Royal 001 Paris, (Fr) • Pays. : redess. par M. Rudkin 1992 • (Pdv 2009)

Le silence de la mémoire

Le promeneur profitant de ce silence profond qui habite le centre de Paris sait-il qu’il met les pieds dans les traces de Richelieu, Louis XIV, Molière, Diderot, Balzac, Gérard de Nerval et de bien d’autres encore dont de nombreuses filles dites faciles. Dumas y a même fait intervenir ses trois mousquetaires en goguette. Ce palais, toujours royal de nom, abrite désormais pourtant la Comédie Française, le Conseil Constitutionnel et le ministère de la Culture, républicains s’il en est. Ce palais « cardinal », légué par Richelieu à Louis XIII devint alors royal, et Louis XIV y a passé son enfance. Plus tard, le duc d’Orléans, un temps propriétaire, en interdit l’accès à la police et y loua des espaces, rapidement occupés par des cafés et autre tripots. On y croisait de nombreux artistes et intellectuels, comme de nombreuses jeunes femmes qui y trouvaient leur clientèle. Dans ces cafés, les idées des Lumières et de la révolution de 1789 ont trouvé l’espace nécessaire aux débats qui ont mené au bouleversement du monde, avant que celui-ci ne soit remis dans le rang par la Restauration de Louis-Philippe qui y ferma les tripots et les cafés et en expulsa les aguichantes promeneuses.
Le promeneur y trouve désormais un silence, bien chargé de mémoire.