68 • Parc du château de Courances, 003 • Milly-la-Forêt, (91490) (Fr.) • Pays. : Cosme Clausse (1552), redessiné par Achille Duchêne vers 1900. Entretenu depuis par les propriétaires •
(Pdv 2012)

Une hygiène du regard

C’est un vaste domaine sans allées ni chemins. Le ciel, les arbres, les plans d’eaux et les larges étendues d’herbes suffisent au plaisir du promeneur. La limpidité et la pureté des eaux réparties dans les dix-sept pièces d’eaux alimentées par quatorze sources permettent aux arbres séculaires (les platanes ont été plantés en 1782) de contempler leurs images. On a pu dire que Courances était le seul parc à la fois classique et romantique. Il rassemble cinq siècles d’histoire des jardins dans une esthétique minimaliste ou quelques sculptures peu nombreuses rythment le parcours du promeneur, perdu au milieu de ces horizons sans fin dans la vibration de l’air et de la lumière. En dépit des diverses transformations réalisées au cours de sa longue histoire, ce jardin créé avant Vaux-le-Vicomte et Versailles conserve une rusticité caractéristique de la première moitié du xviie siècle. Par le volume des arbres élancés, et l’absence de « distractions ornementales », c’est un lieu qui lave le regard des excès de la ville. Par cette sobriété dans l’immensité, il s’inscrit dans la tradition hygiénique des parcs. Courances au cours des siècles, s’impose comme l’un des territoires majeurs de cette médecine de l’œil et de l’esprit.